mercredi 5 juillet 2017

Fête de l'école, le petit lutin avait les oreilles trop sensibles

Ce vendredi 30 juin, élèves, parents et enseignants ont dignement fêté la fin de l'année scolaire. C'était, il est vrai, une fin d'année bien particulière, la dernière du RPI Saint-Jean - Sauclières, et la dernière avec Pauline Valentin, la maîtresse des grandes sections de CM1 et CM2.
Pour l'occasion, tous étaient au travail depuis bien longtemps. Et c'est un merveilleux conte initiatique, chanté et dansé par les élèves, qui a été donné en spectacle aux parents dans la salle d'animation de Saint-Jean du Bruel.
L'histoire de la création de ce conte est riche de sens pour nos élèves. Elle est une belle histoire de patience et de solidarité.
Les élèves de cycle 1 et 2 de Saint-Jean, ont travaillé avec des conteurs. Ils ont entendu des histoires qui parlaient de voyages et, à leur tour, ils ont proposé aux grands de Sauclières la trame d'une histoire. Et c'est ainsi qu'est née l'histoire deTzonga, le lutin qui ne supportait pas le bruit.

Tzonga était un lutin qui habitait Luthabane, un village jusqu'ici inconnu, situé entre Saint-Jean du Bruel et Sauclières. 
Ce petit lutin avait une particularité. Ses oreilles étaient tellement sensibles que le moindre bruit, le moindre cri, le faisaient souffrir.
Pour le guérir,son amie la chouette, Tchoka, lui propose de partir pour aller chercher les ingrédients d’une recette qui lui permettrait de guérir ses oreilles. Tchoka, n'en pouvant plus, décide d'entreprendre l'aventure. Il devra voyager dans un train magique, le Luthantrain, et parcourir plusieurs pays pour réunir tous les ingrédients nécessaires à la préparation du médicament miracle. Il découvre l’Afrique (où il devra danser pour attirer la pluie et gagner une fleur arc-en-ciel), puis l’Amérique du Sud (où il devra répondre à des énigmes que lui pose un malicieux perroquet), et enfin l’Irlande où il arrive au moment de la fête du soleil.
Tzonga traverse toutes les épreuves et, revenu chez lui, à Luthabane, il découvre que la potion fait tout son effet et peut enfin retrouver tous ses amis. On part parfois bien loin, mais on revient avec plaisir, surtout quand on s'entend mieux ...

 Les classes des deux écoles ont réalisé ce travail en équipe. La salle d'animation de Saint-Jean du Bruel a connu de grands moments de répétition avant le spectacle final et les petits Sauclièrois étaient bien contents d'en profiter pour retrouver leurs camarades et leur ancienne école.
Nous devons les décors des quatres tableaux à Axel, grand animateur de nos activités périscolaires. Il est vrai que quelques parents l'ont bien secondé. L’intérêt de ce travail était multiple : écriture, réécriture, apprentissage du compromis, communication, proposition de mise en scène (scène muette, aspect humoristique …), gestion et partage des accessoires,  diction, élocution, écoute de musiques du monde, chants sur le thème du voyage, danse … Les élèves se sont pris au jeu et ont participé avec enthousiasme à l'entreprise.

C’est toutefois sur un pincement au cœur que le spectacle s’est achevé. Chacun savait bien qu’une page se tournait dans le village. Pour les petits Saint-Jeantais, d'autres épisodes se préparent. Encore une année dans l'ancienne école puis viendra l'aventure particulière d'une année à la colonie de la Prade, au Bruel, le temps que l'école de la Grand'rue se refasse une jeunesse. Mais ceci est encore une autre histoire ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire